L’âge de la femme est-il important ?

Que disent les statistiques ?

À 25 ans, un couple a 25% de chance en moyenne d’obtenir une grossesse lors de chaque cycle, avec un délai moyen de conception variant de 3 à 6 mois.

Un an de rapports réguliers sans protection (pas de contraception) conduits 84% des femmes à concevoir un enfant, et après deux ans il passe à 92%.

À 35 ans, 94% des femmes et 77% des femmes de 38 ans conçoivent un bébé après trois années de rapports réguliers sans contraception.

Ainsi la fertilité féminine est maximale à 20 ans puis décroit régulièrement des 30 ans jusqu’à 35 ans. Après 35 ans, elle décroit encore.

La probabilité d’avoir un enfant est de 25% par cycle à 25 ans, de 12% à 35 ans et de 6% à 40 ans. Au-delà de 45 ans, la fertilité tend vers zéro.

Signalons également que le taux de fertilité maximal du père se situe entre 30 et 34 ans. Au-delà de 35 à 40 ans, les risques d’infertilité augmentant.

Ne pas confondre fertilité qui est la capacité biologique à concevoir et la fécondité qui est le nombre d’enfants mis au monde.

En conclusion, les médecins se heurtent à des difficultés dans la problématique liée à l’âge contre la fertilité.

De plus en plus de femmes veulent concevoir des enfants de plus en plus âgées alors que leur fertilité devient de plus en plus incertaine, d’où le recours à des techniques d’Aide Médicale à la Procréation (AMP).

Schéma AMP (statistiques INED)